Qui mérite de gagner d'après toi ?

Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_lcap40%Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_rcap 40% 
[ 10 ]
Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_lcap8%Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_rcap 8% 
[ 2 ]
Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_lcap8%Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_rcap 8% 
[ 2 ]
Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_lcap0%Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_lcap20%Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_rcap 20% 
[ 5 ]
Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_lcap4%Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_rcap 4% 
[ 1 ]
Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_lcap4%Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_rcap 4% 
[ 1 ]
Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_lcap0%Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_lcap16%Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Vote_rcap 16% 
[ 4 ]
 
Total des votes : 25

Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin
 :: Détente :: Evènements :: Anciens évènements

Attrape-Rêve

Âge : 88Messages : 119Date d'inscription : 13/12/2015Clan : Clan des ÉtoilesPhysique de votre personnage : Attrape-Rêve est une belle femelle au long pelage gris très foncé, elle a des rayures noirs mais, elles sont presque invisibles, certains félins de son clan ne savent même pas qu'elle en a. Ses belles prunelles anormales sont bleues et vertes pâles. Ses oreilles, tout comme ses moustaches, sont plus grandes que celle des autres, d'ailleurs, quelques petites cicatrices ornent ses oreilles. Cette chatte, fine et élancée, est haute sur pattes. Elle n'est pas très forte, mais son intelligence, sa ruse et sa rapidité auront raison de son ennemi. Ses bouts de pattes gris laissent apparaître de longues griffes acérées.Caractère : Attrape-Rêve est une femelle à l'écoute des autres, elle est accueillante et amicale, c'est une chatte attentive et intelligente, elle comprend très vite ce qu'on lui dit. Elle est dévouée et aime s'aventurer dans des territoires inconnus. Attrape-Rêve est sociale, elle adore parler aux autres, elle est amusante. Avant tout, Attrape-Rêve est une femelle sage, mature, elle sait gérer les conflits et aimerait aider son clan comme un chef le ferait. Son seul défaut serait qu'elle s'attache à tout le monde, elle est facilement manipulable..Caractéristique particulière : Chépa
Attrape-Rêve
Animateur
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Fév - 14:30
Howdi !
Nous sommes le 13 février.. Il est temps d'afficher vos jolies créations remplies d'amûûûûr c:

J'ai donc reçu pendant ces 1 semaine et 5 jours de délai,  les créations de :
Petit Lotus - Nuage des Esprits - Petit Aile - Étoile de l'Ombre - Mousse Verte - Tikki - Fleur Sauvage - Ciel de l'Aube et Petit Nénuphar.
Je suis dans le regret d'annoncer que Nuage du Renard
et Plume Dorée ont étés disqualifié(e)s ce midi, mais bon ça va, je vous pardonne (j'oublie tout pour un cookie au chocolat).


Je me suis permise de mettre un petit commentaire à la fin de chaque créations (en spoiler pour ne pas gâcher).
Assez blablaté ! Voici les créations de vos amis bien aimés (ouais.. j'en fais trop..) :

Je suis vraiment désolée des nombreux bugs dans les créations, c'est de ma faute o/

Texte d'Étoile de l'Ombre:

Sous le ciel d’été [Yuri]
(Contient de vrais lieux et de vraies informations)



Tout cela s’est passé en aout, j’étais inscrite au lycée Taiyo et tout se passait très bien, que ce soit avec ma famille, mes amis... En plus, mon meilleur ami Akio, ce garçon gentil et têtu, aux cheveux bruns et aux yeux marron était dans la même classe que moi et je m’entendais avec tout le monde. Bref, tout allais pour le mieux et je ne voulais rien changer à ma petite vie paisible de lycéenne normale … jusqu'à ce fameux voyage à Okinawa qui fut remplie d’aventure et d’émotions…
 

J'ouvris lentement la lettre que j'avais reçue ce matin, une jolie enveloppe rose bordée de noir protégeait le papier que je sortis. C'était une lettre qui parlait d'un voyage. Un voyage que j'aurais gagné en participant à un concours de dessin que je n'ai jamais fait d'ailleurs. Mais la lettre m'était adressée à moi et à moi seule. Étrange… Après tout, ce n'est pas si mal de gagner un voyage gratuit de sept jours. Surtout que c'était à Okinawa qu'il se passait ! Je rangeai donc la lettre dans le tiroir de ma commode et partit me promener dehors avec ma meilleure amie, Yuki. Elle avait de longs cheveux noirs et des prunelles couleurs améthyste très jolies. En plus, le papier parlait d'une possibilité pour emmener un ou une ami(e) avec nous et je proposai donc à Yuki qui accepta avec joie. Je partis donc le 20 juillet à 15 heures accompagner de mon amie, nous étions toute les deux très impatiente à l'idée de passer une semaine entière à Okinawa…
   Jour 1 : On s'était réveillée très tôt, dans un grand hôtel majestueux afin de pouvoir aller visiter le château de Shuri mais, on y était arrivé plus tôt que prévu et il a fallu attendre 1 heure avant l'ouverture de monument. En attendant, nous avons juste marché autour du château, dans les jardins, en espérant trouver quelque chose d'intéressant à faire mais rien ne nous occupa vraiment à part cette fameuse discutions autour des garçons du lycée Taiyo qui dura bien une demi-heure et, curieusement, je ne sentais pas Yuki plus attirée que ça par les garçons. Ils étaient pourtant pour la grande majorité très beaux et encore plus gentils !
   Enfin nous pûmes entrer et cette visite nous occupa bien malgré que cela avait été bien plus ennuyeux que prévu et que nous faillîmes nous endormirent plus d'une fois.

     Jours 2 et 3 : Les plages d’Okinawa sont grandes et magnifique ! Le sable blanc, fin et chaud ainsi que la mer bleu magnifique valent bien à cette région son surnom de « l’Hawaii du Japon » !
   Ces deux jours ce passèrent sans aucuns évènement particulier et nous pûmes nous reposer en paix et décompresser tranquillement de la semaine que nous avions passer a faire des contrôles et a copier des pages entière de leçons et de dates. Nous avons nagée, bronzée et rigolée jusqu'à ce que la nuit tombe, la, nous avons prit un petit apéritif et mangées dans un grand restaurant typique.

     Jours 4 :
Yuki et moi somme plus proche que jamais ! Nous ne nous somme pas encore prit la tête pour je ne sais quelle raison débile comme a notre habitude et nous avions décidé d’aller prendre le bateau pour aller sur l’ile Miyako pour faire un peu de plongé sous marine. Elle avait tellement insisté pour payer les équipements que je me suis demander si elle n’allait pas me faire la tête si je refusais alors j’ai tout simplement accepté.
     Nous sommes donc partis en bateau et nous avons passé une journée merveilleuse à nager et regarder les petits poissons de toutes les couleurs nager dans cette eau turquoise et chaude. Nous avons pris une glace vanille-chocolat chacune en sortant de l’eau et c’est en rentrant que tout a chamboulé !
   Nous sommes rentrées, épuisée et nous ne faisions pas vraiment attention ou nous marchions : Yuki tomba au sol et hurla. Je m’approchai d’elle et vis une sorte de gros serpent qui partaient à toute allure. J’eu la frayeur de ma vie en voyant la jeune fille, avec une trace de morsure ensanglanté sur le poignet, immobile sur le sol sablonneux…

     Jour 5 : Je n’ai pas pu écrire d’avantage sur le jour 4 tellement cela m’a effrayé et prit au dépourvu. Yuki était a l’hôpital et je n’avais pas pu aller la voir dans sa chambre, en tout cas pour le moment, les médecins on dit qu’elle était encore entre la vie et la mort car le serpent qui l’avait mordu étais un Habu, apparemment très dangereux pour l’homme, ne n’y connaissait absolument rien donc je ne pouvait rien dire la dessus.
   « Vous pouvez la voir » fut les seuls mots que les médecins prononcèrent quand ils sortirent de la chambre de mon amie. Je m’y précipitai…et ce fut une horreur pour moi. Yuki étais entourer d’autre médecin disant qu’il s’agissait d’une sorte d’allergie au venin et que cela la rapprochait encore un peu plus de la mort. Je leurs criait de sortir et me pencha sur son lit, effrayer et anxieuse.
   Mais elle était très mignonne avec ses cheveux un peu en bataille, sa petite bouche entrouverte et ses mains blanches posées délicatement sur son torse. Je ne pus résister et l’embrassa malgré mon étonnement. Mais qu’est ce que je venais de faire ?! Je me reculai vivement et rougis violemment avant de partir de la chambre de mon amie.

    Jour 6 : Yuki étais partis de l’hôpital et nous décidâmes de rester tranquille juste pour aujourd’hui car tout cela a du être fatiguant pour mon amie donc, on est restées dans la chambre a bavardé de tout et de rien, des garçons, des dernière paire de chaussure qui étais sortis, de quelques films etc. Yuki semblait un peu confuse durant le reste de la journée et rien ne se passa de bien intéressant a part le fait qu’elle m’avait prit dans ses bras a un oud eux reprise pour je en sais trop quelle raison que je ne cherchai même pas a comprendre.

    Jour 7 : C’est la fin de la belle vie à Okinawa ! L’avion étais arrivé depuis maintenant 5 minutes quand nous arrivâmes enfin, Yuki et moi. Nous montâmes dans l’engin et la jeune fille se tourna vers moi pour m’adresser la parole.
« En fait, qu’est ce que tu ma fait quand j’étais hospitalisé ? »
Je rougis comme une tomate et toussota, ma pire crainte du moment ! Si ça se trouve, elle était belle et bien consciente ! Mais qu’est ce qui ma prit de faire ça ?!
« Rien du tout ! »
J’allais rajouter quelque chose d’autre pour me justifier quand elle s’approcha de moi et m’embrassa à son tour, tout doucement. Un petit sourire s’était tracé sur son petit minois.
« Petite menteuse »
Nous décollâmes enfin et le reste du voyage ce fut dans le silence le plus total entre nous deux… Mais j’étais très contente…

Commentaire de la magnifique Pshiit:
Génial ce texte ! Il est original ! Au départ, je pensais que tu allais parler du garçon Akio et que sa allais faire une histoire d'amour entre des meilleurs amis ^^

Texte de Petit Lotus:


Je te déteste. Je te hais. Du plus profond de mon âme. Tu m'as abandonné, sans un adieux. Tu n'es qu'un gosse de riche exhibant sa fortune pour mieux accroître ta popularité. Je ne t'ai jamais compris. Hier tu me disais des mots doux, aujourd'hui tu me regardais froidement. Dis moi, qu'est-ce qui s'est passé ? Qu'est-ce que tu es devenu ?! Qu'est-ce que JE suis devenu ?!

Mes mains tremblent et mon coeur se serre au fur et à mesure que je t'écris, des gouttes de sueur perlent sur mon front. Je me mords la lèvre pour ne pas laisser s'échapper mes larmes. Suis-je malade ? Non. Tu sais très bien ce qui m'arrive, autant que moi. Et moi, je suis censé te haïr comme la peste, comme l'être qui est parti loin de moi sans même un regard.

Oui, toi, l'héritier Palentir, l'ange aux doux cheveux d'or. J'ai toujours rêvé d'y passer ma main. Un jour, nous étions tous les deux, à l'abri des regards. Tu me paralysais de par tes yeux océans. J'ai approché ma main, lentement, et j'ai touché ton visage. Je t'ai vu surpris. Ensuite, j'ai commencé à remonter vers ta chevelure flamboyante. Tu tremblais. De peur ? De culpabilité ? Je ne l'ai jamais su, car encore une fois tu es parti. Encore une fois tu m'as abandonné seul sur place, à attendre comme un miracle ou je ne sais quoi. Tu t'es envolé tel l'ange que tout le monde croyait que tu étais.

Aux yeux de tous tu es James, l'ange héritier, beau, intelligent et j'en passe. Mon contraire, mon inverse, mon opposé, il y a des milliers de mots qui nous séparent. En un mot, parfait. Mais inaccessible. Moi, je sais que tu n'as pas toujours été comme ça. Souviens toi quand on était gosses, tu étais un trouillard. Tu te faisais souvent intimider et voler tes affaires. C'était toujours moi qui te défendais bec et ongle, je revenais couvert de blessures arborant un regard fier. Non pas parce que j'avais foutu une raclée à ces gens qui profitaient de ta faiblesse, mais parce que tu m'offrais un magnifique sourire en échange. Tu ne peux pas savoir à quel point je l'ai regretté ce sourire, à quel point j'ai espéré le revoir depuis que nous nous sommes retrouvés. Je continuais encore et encore, malgré les réprimandes de mes parents, je me tenais toujours pour responsable.

Aujourd'hui, tout ça est différent. Tu sais te défendre, et dans le pire des cas, tu es entouré de gardes. Ces gardes qui te protègent du monde extérieur. Qui te protègent de moi. Des fois je me demande si c'est d'être constamment sous les feux des projecteurs qui te donne un caractère si instable. Je n'arrive plus comme avant à décrypter tes émotions, tes tourments. Tu n'es plus qu'une statue de marbre admirée de tous.

Et puis, il y a ces jours. Ces jours où nous sommes en tête à tête, dans un endroit secret. Là, tu redonnes peu à peu vie à ton cœur. Tu me regardes chaleureusement, tu me rappelles le passé. Comme si tu voulais que tout redevienne comme avant. Moi aussi, je le veux. Seulement, c'est impossible. La seule chose que nous pouvons faire, c'est aller de l'avant et faire de notre mieux pour façonner notre avenir.

James, acceptes-tu de faire partie de mon avenir ?

Commentaire de la GRRAAAANDE Pshiit:
Moi aussi je t'aime (j'ai pas répondu au MP donc voilà, j'expose mon amour devant le monde entier) Sinon, le texte est sur AnticLove non ? Si c'est ça, avoue qu'je suis la meilleure :D

Poème de Fleur Sauvage:

[à savoir : amour était un nom féminin au XIXe siècle, d’où le choix de l'auteur de la personnaliser en une femme]


Apologie d’une Femme irréelle.  


Volage et immatérielle,
L’Essence, le Désespoir et l’Éternel,
Si la rose pût un tant soit peu t’illustrer,
On eût cru ses épines pareilles à tes châtiments,
Et ses pétales de soie à tes ornements.
Il n’est guère plus temps de savoir ni qui, ni quoi,
Mais comment.
Oui, de quelle merveilleuse manière lies-tu deux êtres
Si inextricablement que l’on s’empêtre
Dans tes filets de passion et de sang ?

Vois, vois que le cœur des hommes qui réclame ta défaite
Ne fait en réalité qu’attendre ta venue.
Que de paradoxes tu entraînes, Amour ;
Que de passions égarées et d’histoires perdues ;
Et que d’instants savourés par tes atours !
Les hommes te voient souvent comme dame Fortune ;
Mais l’es-tu vraiment ? Que de détours ;
Tes caprices et tes mœurs inopportunes
Ne font qu’éloigner de toi
Ceux qui cherchent l’aventure.

Nul doute que tu comprisses ton ambigüité,
Toi qui entraînes ces frasques juvéniles et ces serments brisés ;
A quel prix dût-on, lors, estimer
La valeur de ta stabilité ?
Peut-être n’en as-tu guère, cruelle et injuste Amour ;
Tous ces cœurs assujettis à ton règne, quand bien même tu leur fis défaut,
N’attendront jamais plus que ton éternel retour.


[center]Vocabulaire difficile :
Fortune = chance
Mœurs = coutumes, habitudes, comportements individuels etc
Inextricablement = de manière mystérieuse, confuse.
Inopportune = qui n’est pas opportun, pas à propos, mal adapté aux circonstances

Commentaire de puissante Pshiit:
Je vais être honnête, j'ai dû relire plusieurs fois avant de comprendre, mais ne t'en fais pas ! Ce n'est pas ton texte le problème, mais mes 3 neurones :)

Graph de Tikki:
Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin 5ktv
Commentaire de la belle Pshiit (j'ai ri en marquant belle):
Rien à dire, c'est trop mignon !:se noie dans la mignonité de cette beautay:

Dessin et poésie de Mousse Verte:


Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Img_0511
Le premier (et seul) amour d’Églantine

 Salut ! Je m’appelle Églantine, je suis lycéenne, et voici le garçon que j’aime : Valentin ! Ses cheveux et ses yeux sont d’un noir de jais, et il n’adresse jamais la parole à personne. Il est si mystérieux ! C’est pour cela que je l’aime. Valentin n’est pas très grand, et il est plutôt d’apparence frêle. Mais je suis sûre qu’au fond, c’est un dur à cuire.

 Aujourd’hui, c’était incroyable ! Valentin m’a adressé la parole ! Bon, c’est vrai qu’il m’a juste dit « Pousse-toi ! », mais ce n’est pas grave. Il m’a quand même adressé la parole, et c’est une première ! Oh, il faut que je vous décrive la toute première fois où j’ai posé mon regard sur ce beau garçon qu’est Valentin : à peine mes yeux s’étaient-ils posés sur lui que j’ai ressenti comme… comme si des milliers de papillons prenaient leur envol au creux de mon estomac ! Comme si des feux d’artifice explosaient dans ma tête, comme si des milliards d’étoiles scintillaient au-dessus de moi, alors que nous étions en plein jour ! En un mot : c’était ma-gni-fique !

 Allez, c’est décidé. Je prends mon courage à deux mains, je vais lui parler. Charlotte, ma meilleure amie, me dit que Valentin est un gros débile. Mais je ne la crois pas. Charlotte et moi, nous sommes souvent en désaccord, mais ça nous fait rire, alors c’est pour ça que nous sommes amies. Enfin bref, j’ai décidé d’aller parler à Valentin. De lui exprimer mes sentiments. Le beau garçon se trouve sous le préau, seul. Il est souvent, non, tout le temps seul. Mais cela n’a pas l’air de le gêner plus que ça. Je marche d’un bon pas dans sa direction, mais à chaque mètre parcouru qui me rapproche de Valentin, je perds en assurance. Allez, courage, il ne me reste plus que deux ou trois mètres ! Je m’immobilise. Je suis en train de me dégonfler. Non ! Je dois aller jusqu’au bout ! Avec le peu de volonté qu’il me reste, je franchis l’avant dernier mètre. C’est alors que je remarque que celui que j’aime ajoute, sans en avoir conscience, de la distance entre nous. Non ! Je… je n’ai plus le courage de le rejoindre… Je rebrousse chemin. Tant pis ! Une autre fois, peut-être…

 Aujourd’hui, ç’a été le plus beau jour de ma vie ! Valentin est venu me trouver à la sortie du cours de français. Il m’a emmenée un peu à l’écart et m’a tendu une rose. Il n’y avait pas besoin de mots pour comprendre sa demande. Je l’ai regardé droit dans les yeux, puis j’ai hoché la tête. À ce moment, ce fut comme si un lion rugissait de triomphe dans mon ventre. Je ne pouvais y croire. Valentin m’avait déclaré sa flamme ! Ce fut de loin le plus beau jour de ma vie.

 Mon bien-aimé m’invite souvent chez lui, désormais. Contrairement aux apparences, il est en fait très chaleureux. Nous discutons beaucoup ensemble. Son jardin renferme mille fleurs, et c’est là que nous passons le plus clair de notre temps. Je ne suis encore jamais montée dans sa chambre au bout de la seizième invitation chez lui, quand il me le propose enfin. La porte de sa chambre est toute blanche. Valentin me jette un regard embarrassé (Pourquoi ?) puis il pousse la porte. Je lâche un cri de surprise.

Oh, je ne sais plus quoi faire ! Évidemment, c’était trop beau pour être vrai ! Valentin, le garçon que j’aime, me déclare sa flamme, on s’entend super bien, aucune dispute à l’horizon ! Mais non, il a fallu que… que… que Valentin… Je vous explique : vous savez ce que j’ai vu lorsqu’il a poussé la porte de sa chambre ? Une croix dessinée à la craie sur le sol, avec des bougies disposées tout autour. Vous avez compris ce que cela veut dire ? Mon bien-aimé pratique les sciences occultes ! Valentin fait des rituels satanistes !!! Vous vous rendez compte ?! DES RITUELS SATANISTES !!! Alors, évidemment, quand je l’ai découvert, je suis partie en coup de vent de chez lui, et, depuis, on garde ses distances, tous les deux. Je n’en ai expliqué la raison à personne, pas même à Charlotte, ma meilleure amie.

 Ma mère me souhaite bonne nuit, me fait un petit bisou, puis sort de ma chambre en refermant la porte derrière elle. Tout paraît paisible. Pourtant, j’ai l’esprit torturé. Que dois-je faire ? Est-ce que j’aime toujours Valentin ? Il attend ma réponse. Lui, il m’aime toujours. C’est pour ça qu’il m’a dévoilé son secret, à savoir qu’il effectuait des rituels satanistes. Pff… Je ne sais vraiment pas quoi faire ! Je tombe lentement dans le sommeil. Mes rêves sont peuplés de Satan en personne, de croix tracées à la craie sur le sol, et de beaux garçons aux cheveux noirs, marmonnant des incantations à voix basse. Je me trouve au milieu de tout ce fouillis, ne sachant que faire. Soudain, une lumière illumine mon visage, me soufflant la réponse. La réponse que je cherche tant. La lumière provient d’un des garçons en particulier. Je le regarde, puis il me sourit. Je lui souris à mon tour. Je me réveille alors, sachant enfin ce que je dois répondre à Valentin.

 Le matin, en arrivant au lycée, je suis d’humeur joyeuse. Je vais trouver Valentin à la sortie du cours de français (Tiens, comme lui quand il m’a déclaré sa flamme !), et je l’emmène un peu à l’écart. Il me demande en chuchotant, l’air inquiet :
« Alors ? »
Je souris.
« À ton avis ? »
Et je lui saute dans les bras. J’ai appris quelque chose de toute cette histoire : l’amour n’a pas de frontières ! J’aime vraiment Valentin, cet amour est vrai, alors je lui serai fidèle jusqu’au bout ! Cela n’implique pas nécessairement que je fasse moi aussi des rituels satanistes, hein…

Georges, un garçon roux, un de mes amis, vient me voir sous le préau. C’est l’un des rares moments où je ne suis pas avec Valentin, car ce dernier est malade, aujourd’hui. Georges me lance :
« J’ai appris pour toi et Valentin, c’est génial, hein ? Félicitations !
-Merci… » dis-je timidement, en rougissant.
Je souris intérieurement.
Si tu savais…

Commentaire de la gentille Pshiit (là aussi j'ai ri en marquant gentille):
C'EST SATAAAAN ! Franchement bravo, associé quelque chose de satanique avec de l'amour, je ne peux que tirer mon chapeau !


Graph et poésie de Petit Aile:
Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin 5d454610
Amour infini

Rien que ton nom me fait frémir.
Ta présence me fait rougir.
Ton regard profond,
M'emporte dans un tourbillon,
D'émotions incontrôlées,
Et je ne peux m'empêcher de m'imaginer,
À tes côtés pour une éternité.

Ce n'est pas un simple amour.
Qui passe et s'en va,
Sans laisser de traces.
Celui là, au fond de moi,
Grandit et s'épanouit,
Me laissant insensible,
Au charme d'autres garçons.

Cet amour est une chanson.
Il m'entraîne, m'amène.
Je ne peux lui résister,
Je souhaite qu'il soit partagé.
Un rêve, un espoir,
J'espère dans le noir,
Avoir un jour ma chance.

Me remarqueras-tu un jour ?
Perçant mon secret d'amour ?
Je n'en sais rien.
Toutes ces questions,
Sans réponses,
Il faudra bien te l'avouer,
Je suis perdue.
L'intensité de cet amour,
Me procure du plaisir.

Mais j'ai peur.
Peur de ne pas être à la hauteur
De la magnifique personne que tu es.
Peur de te décevoir,
Peur que tu me détestes,
Peur que tu en aimes une autre.

Ça peut paraître stupide.
Mais personne jamais,
Ne comprendra l'immensité,
De l'amour que j'ai pour toi.
Un sentiment qui se résume,
En seulement deux mots.
Je t'aime.

Commentaire de Pshiit (j'en avais marre des adjectifs):
Pareil, rien à dire, j'reste sans voix :D

Dessin de Nuage des Esprits:
Exposition des créations du concours de la Saint-Valentin Concou10
Commentaire de la exaspérante Pshiit:
C'est super bien dessiner :o Tu comptes faire un atelier ?

Poème de Ciel de l'Aube:

Seul à la Saint Valentin...
                    

Peux-tu me dire,
Ce que j' ai oublié ?
J' y ai mis tout c'que j'pouvais
Mais ça ne suffisait pas....
Un jour tu regretteras
Maintenant explique moi
Ce que je n' ai pas pu t' offrir
Peut être un sourire...
Au lieu de souffrir...

Commentaire de Pshiit:
Simple et efficace, c'est génial !

Texte de Petit Nénuphar:

Comme un fou va jeter à la mer
Des bouteilles vides et puis espère,
Qu'on pourra lire à travers.
S.O.S. écrit avec de l'air.
Pour te dire que je me sens seule,
Je dessine à l'encre vide
Un désert


« Idriss ! »
À peine ais-je ouvert la porte que tu me sautes dessus. Aussitôt, j'entends un «aïe» ténu de ta part. Je te serre contre moi, heureux de te revoir après une journée de cours toute à fait banale. Tu mets du piment à ma vie, même si parfois, il est dans le mauvais sens. J'inspire une grande bouffée de ton parfum à la fois sucré et pimenté mêlé à une légère odeur d'hôpital que tu ne peux enlever. Ta légèreté m'étonnera toujours, même si je sais que ce n'est pas de ta faute. Tu parais si frêle, je m'inquiète pour toi...
« Calme-toi, dis-je en rigolant. Je suis content de te voir aussi ! »
Mes sombres pensées s'effacent lorsque je vois ton sourire merveilleux, plein de bonheur. Je ne sais pas où tu vas le chercher dans ta situation, mais tu continues de me faire rêver.
« Je t'ai apporté quelque chose ! Retourne sur ton lit en fermant les yeux ! »
Tu rigoles comme une petite fille et te jettes sur le lit, les yeux fermés, attendant ta surprise. Ton cathéter t'empêche de trop bouger, mais tu t'en es accommodé, comme ta vie qui a changé. Si tu savais à quel point tu me manques en cours, c'est une torture !
Dans un coin, ta mère nous regarde à la dérobée mais se lève très vite, prétextant une envie subite d'aller aux toilettes. Elle nous sert toujours cette excuse, mais nous nous en réjouissons secrètement, profitant de notre petit moment à nous. Je sors de mon sac ton cadeau enveloppé dans du papier craft rose.
« Tu peux ouvrir tes yeux ! »
Tu t'exécutes rapidement et ton regard se pose aussitôt sur la boîte que je te tend. Tu déchire s rapidement l'emballage puis ouvre la boîte en forme de cœur.
« Des chocolats ! Tu n'aurais pas du... Et tu as pris mes préférés ! »
Tes yeux pétillent et tu en prends un entre tes doigts fins avant de le croquer avec gourmandise. Tu sembles savourer, et rien que cette idée me fait plaisir.
Je m'approche de ton lit et m'assieds tout contre toi.
« Tu m'en laisserais un ? »
Tu me souris et me tend la boîte. Je pioche un chocolat au hasard dans la boîte et le met dans ma bouche. Effectivement, ils sont délicieux !
Aussitôt, l'objet de mon cadeau me revient en tête et je décide de te faire part de mon idée.
« Tu sais que c'est bientôt la Saint Valentin ? Ça te dirait qu'on fasse quelque chose de... Spécial ? Tu souhaites quelque chose de particulier ? »
Ton regard brun s'assombrit mais reprend très vite son éclat habituel. Un léger sourire se dessine sur tes lèvres et tu me réponds d'une voix faible :
« On pourrait aller dans le jardin... Et admirer les étoiles... »
Ta requête ne me surprend pas. Tu restes enfermée tout le temps dans l'hôpital et ne sort jamais, et le seul endroit où l'on autorisé les malades à sortir de temps en temps est le jardin. C'est un havre de paix que nous apprécions énormément, toi particulièrement. Les rares moments que nous passons là-bas sont merveilleux.
Je te souris, heureux de voir que nous étions sur la même longueur d'onde. Je ne souhaite que ton bonheur tu sais ! Je donnerai ma vie pour toi. Je sais que les journées que tu passes ici sont compliquées. Et je m'en veux de ne pas être à ta place. Je t'aime. Plus que tout.
« Génial ! Alors...  »
Je suis interrompue par une infirmière qui entre en trombe.
« Excuse-moi. Il est l'heure de partir, elle doit aller faire des examens ! »
Ému, je te regarde. Comme chaque fois, il fait partir. C'est toujours un moment compliqué et dur. Je pose mes lèvres sur les tiennes, puis me relève.
« Je t'aime. »
Tu me lances un regard qui en dit long. Et je m'en vais, le cœur lourd. Tu me manques déjà.

***


Et je cours, je me raccroche à la vie,
Je me soûle avec le bruit
Des corps qui m'entourent
Comme des lianes nouées de tresses
Sans comprendre ma détresse
Des mots que j'envoie.


C'est aujourd'hui. Je me suis vêtu le plus simplement possible, mais en essayant d'être élégant. Je veux te montrer à quel point je tiens à toi ce soir.
Lorsque j'arrive, tu es déjà là, tu m'attends. On t'a mis dans un fauteuil roulant afin que tu ne te fatigues pas. Et ton t'a laissé. Je me précipite vers toi et, sans que nous ne nous soyons parlé, je commence à pousser ton fauteuil. Le temps est précieux.
Nous nous dirigeons vers notre endroit préféré. Notre havre de paix. C'est un banc en pierre sous un saule pleureur, qui, lorsque nous nous asseyons dessus, nous permet de voir les étoiles. Quand nous y'arrivons, je te prend délicatement du fauteuil et te porte jusqu'au banc. Ton corps maigre et léger se pose délicatement sur la pierre. Toi aussi tu t'es mise sur ton trente-et-un : tes magnifiques cheveux bruns sont lâchés et tombent en cascade sur tes épaules. Tu es habillée d'une jolie robe bleue marine, la seule qui te va encore depuis le début. Tu la ressors souvent et en toute occasion, mais elle reste ma préféré. De petites pantoufles gardent tes pieds bien au chaud. Tu es magnifique, comme toujours. Nous ne nous parlons pas ni ne nous regardons. Nous avons tout les deux les yeux rivés sur les étoiles brillant dans le ciel.
« Tu vois celle-là ? C'est moi. Et la petite a côté, c'est toi. »
Tout en parlant, je te les désigne du doigt. Elles sont reconnaissables, étrangement. Nous les suivons du regard. Elles brillent de mille feux. Soudain, la plus petite diminue. Elle disparaît.
« Idriss ? »
Je tourne mes yeux vers ton visage pâle, éclairé par la lueur de la lune. Je me sens moi aussi perdre mes couleurs. Qu'est-ce que ça voulait dire ?
« Viens, on rentre. »
J'annonce ça brusquement. La soirée était gâchée, impossible d'en douter. À cause de moi.
« Idriss je... Je voulais te dire...Je me fait opérer dans deux semaines. Et enfin je pourrai partir. »
Ta déclaration me surprend. Je cligne des yeux, ne m'y attendant pas, mais aussitôt, un sourire se dessine sur mes lèvres.
« C'est génial ! Tu pourras enfin retourner en cours avec moi ! »
Tu me souris. Je ne peux m'en empêcher et je colle mes lèvres sur les tiennes. Nous nous embrassons de nombreuses minutes.
« Je t'aime. »

***

Difficile d'appeler au secours
Quand tant de drames nous oppressent
Et que des larmes nouées de de stress
Étouffent un peu plus les cris d'amour
De ceux qui sont dans la détresse
Et dans un dernier espoir
Disparaissent


Les jours passent. Bientôt, c'est à ton tour. Tu vas être opérée. Tu vas enfin sortir de l'hôpital ! Je sais que tu auras du mal en sortant, qu'il faudra t'habituer. Mais je serai là pour toi, et je t'aiderai mieux que personne. Tout ira bien tu verras.
Je rejoins ta chambre. Tu es à jeun depuis ce matin et n'a rien bu. Tu me semble soucieuse et inquiète. Je m'approche de toi, et aussitôt, un magnifique sourire nait sur tes lèvres fines. Je pose un baiser dessus et te regarde plus attentivement. Tu es habillée de façon sobre, car tu allais bientôt changer de tenue. On t'en apporterait une pour l'opération.
On ne se dit rien. On se regarde. Jusqu'à ce que l'infirmière vienne te chercher.
« C'est l'heure ! Je t'apporte tes vêtements. Idriss, tu dois partir. »
Elle me connait car je suis toujours là.
Je ne sais pas quoi faire. Je dois y'aller, mais je ne peux pas comme ça, en sachant que tu allais te faire opérer. J'aimerai venir avec toi, mais ce n'est malheureusement pas possible. On se fixe et puis, d'un commun accord, on s'écarte.
Au revoir...

***

Tous les cris les S.O.S.
Partent dans les airs
Dans l'eau laissent une trace
Dont les écumes font la beauté.
Pris dans leur vaisseau de verre
Les messages luttent
Mais les vagues les ramènent
En pierres d'étoiles sur les rochers...

Une sensation désagréable.
J'attend depuis des heures de tes nouvelles. Je t'attend.
Je n'en peux plus de cette attente. Je veux te voir.
Des cris dans le couloir. On se dispute. Je vois ta mère apparaître dans ta chambre où je suis revenu après ton départ. Elle hurle, elle pleure. Je ne comprend pas.
« Comment avez-vous pu la laisser mourir ?
J'ai mal entendu. Oui, c'est ça, mon oreille bourdonne. Mais je ne peux pas rêver. Ces cris sont réels. Réels. Tu... Ce n'est pas possible. Non. C'est une erreur, on s'est trompé de personne. Mes pensées se brouillent. Mais je ne peux pas croire ce que je n'ai pas vu. Non je ne veux pas te voir...Morte. Qu'est-ce que je dis, qu'est-ce que je pense ? Je n'en sais rien. Je ne sens plus rien. Je me sens tomber.

Cher Idriss,
Quoiqu'il arrive, sache que je t'aime.
Amélie


Je t'aime. Je t'aime.

(Pour Petit Nénuphar, j'ai pas réussi à mettre le code désolée :/)
Voilà c'est la fin ! Vous pouvez voter jusqu'à demain 17h et vous n'avez le droit qu'à a un vote, je compte sur vous !
Et que le meilleur gagne (j'aurais peut-être dû dire ça au début du concours nah ?)

[/center]

Croc du Lotus

Âge : 77Messages : 2921Date d'inscription : 26/02/2016Clan : VentPhysique de votre personnage : Bicolore blanche et noire, yeux verts d'eauCaractère : Moqueuse, assez stricte, grincheuse, mais très sociale et amicaleCaractéristique particulière : .
Croc du Lotus
Vétéran
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdcbanzai.forumactif.com/
Lun 13 Fév - 18:02
Oui c'est sur Anticlove, c'était pour un autre concours x)
Omygad Honie c'est génial !

Brise Ténébreuse

Messages : 148Date d'inscription : 25/08/2016Clan : Forêt SombrePhysique de votre personnage : Noire et Blanche, elle a un oeil bleu et un oeil rouge , elle est fine est très agile sous sson corps musculeuxCaractère : Têtue, Maline, Forte, et Vicieuse
Brise Ténébreuse
Administrateur
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Fév - 10:36
Hanw, vous avez tous fait des trucs géniaux Keur

Et oui, je compte faire un atelier ^-^
Parce que je me suis rendue compte que c'était pas trop ça les commandes en privé, ça sera plus facile avec un formulaire xD

Etoile de Rose

Âge : 19Messages : 555Date d'inscription : 18/06/2016Clan : Clan des EtoilesPhysique de votre personnage : Chatte siamois tabby blue point a la carrure gracieuse et fine. Son pelage est doux et chaud au touché. Elle à des yeux bleu transparent qui vosu transperce et qui vous mette mal à l'aise. ou qui vous fascine !Caractère : Morte.Caractéristique particulière : Une chatte aux yeux bleu transparent.
Etoile de Rose
Guerrier habitué
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Fév - 12:58
Purée ! J'hésite grave là ;-;

Croc du Lotus

Âge : 77Messages : 2921Date d'inscription : 26/02/2016Clan : VentPhysique de votre personnage : Bicolore blanche et noire, yeux verts d'eauCaractère : Moqueuse, assez stricte, grincheuse, mais très sociale et amicaleCaractéristique particulière : .
Croc du Lotus
Vétéran
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdcbanzai.forumactif.com/
Mar 14 Fév - 17:44
Et Balty je te l'ai déjà dit mais c'est trop beau tes dessins *w*

Lullaby

Messages : 22Date d'inscription : 14/02/2017Clan : DomestiquePhysique de votre personnage : Pelage doré, yeux bleus clairs. Coussinets, griffes et truffe noirs. Caractère : Hautaine, narcissique, quelque peu machiavélique, envoûteuse, manipulatrice.
Lullaby
Administrateur
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Fév - 18:31
Ahwn merki Hivou Keur

Croc du Lotus

Âge : 77Messages : 2921Date d'inscription : 26/02/2016Clan : VentPhysique de votre personnage : Bicolore blanche et noire, yeux verts d'eauCaractère : Moqueuse, assez stricte, grincheuse, mais très sociale et amicaleCaractéristique particulière : .
Croc du Lotus
Vétéran
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdcbanzai.forumactif.com/
Mar 14 Fév - 21:39
J'ai tellement pas de succès xD
J'aurais pas dû faire un texte sur Anticlove, personne va comprendre les références :')

Ciel de l' Aube

Messages : 528Date d'inscription : 22/10/2016Clan : clan du tonerrePhysique de votre personnage : Ciel de l' Aube est une grande chatte menue au pelage angora tricolore roux clair blanc et noir de jais. C' est yeux sont verts émeraudes. Elle a des yeux magnifique. Et elle est assez haute sur patte.Caractère : Gentille et têtu. Malgré elle pas très discrète. voir pas du tout.Caractéristique particulière : Aime enfreindre les règles.
Ciel de l' Aube
Guerrier habitué
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 15 Fév - 16:47
Tu m' as vu Hivou? 4 VOTE XD

Invité

Anonymous
Invité
Mer 15 Fév - 18:29
Moi je vote pour Petite Aile, c'est trop beau *-*

Croc du Lotus

Âge : 77Messages : 2921Date d'inscription : 26/02/2016Clan : VentPhysique de votre personnage : Bicolore blanche et noire, yeux verts d'eauCaractère : Moqueuse, assez stricte, grincheuse, mais très sociale et amicaleCaractéristique particulière : .
Croc du Lotus
Vétéran
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdcbanzai.forumactif.com/
Mer 15 Fév - 18:44
Arrête de te vanter toi :'(

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: